Réflexions existentielles

Quelques réflexions …

 

Évolution

Il faut croire que la nature n’a pas trouvé de meilleure solution pour la survie des espèces, et surtout celle de l’humanité, que le combat. Comme tout le monde le sait, toutes les chaînes alimentaires reposent sur le fait que les plus gros mangent les plus petits ; alors, s’il fallait parler d’un équilibre écologique, l’homme est devenu son propre prédateur.

Histoire

L’Histoire, les guerres et la testostérone ont une forte corrélation, au point que l’on peut se demander si elles constituent des synonymes historiques ; l’hormone testostérone est surtout présente chez les mâles, toujours prêts à se battre pour défendre ce qu’ils considèrent comme leur territoire.

Pyramide

Pratiquement toutes les sociétés culturelles ont adopté la pyramide comme organisation sociale. Une minorité au sommet possède le pouvoir et les richesses du monde ; cette minorité contrôle la vie de toutes les couches inférieures majoritaires. Il s’ensuit que les membres de ces couches inférieures tentent par tous les moyens d’accéder aux niveaux supérieurs.

Religions

Jusqu’à maintenant, les religions ont fait plus de tort que de bien pour l’évolution morale de l’humanité ; celles-ci ont tendance à s’accrocher au passé pour maintenir des pouvoirs et des traditions, souvent masculines.

Textes sacrés

Les religions considèrent leurs textes sacrés anciens comme parole de vérité absolue de Celui qu’elles appellent Dieu. Pourtant, ces écrits sont constamment modifiés à travers les siècles ; si l’on peut y voir une sagesse, issue d’une rencontre avec une Transcendance, cette sagesse ne peut être que partielle, incomplète et évolutive ; seul un futur très éloigné pourrait peut-être garantir une plus grande Vérité.

Colonialisme et impérialisme

N’est-il pas surprenant que des peuples ou des groupes ethniques se déchirent pour des croyances religieuses imposées par des pays conquérants ?

Spiritualité

Il ne faut pas confondre les religions, avec leurs structures ecclésiastiques, d’une spiritualité universelle. La multiplicité des spiritualités met en évidence l’influence restrictive des cultures. En fait, seul le mysticisme mérite la plus grande attention, mais qu’arriverait-il si les grands sages, comme Jésus de Nazareth ou Siddhartha Gautama, dit le Buddha, s’étaient trompés ?

Sciences

Les sciences, contrairement aux religions, sont tournées vers l’avenir, mais elles sont encore loin de défendre le progrès moral de l’humanité.

Justice sociale

Même si chacun aspire à plus de justice, de répartition égalitaire des biens et des ressources, on ne peut pas dire que les divers groupes culturels croient vraiment à une justice immanente, ou à un jugement dernier après la mort, ou à quelque fin des temps. Sinon, cela fait longtemps que les comportements collectifs auraient changé pour réaliser dès maintenant une collaboration universelle.

Souffrance

Y a-t-il une quelconque justification à la souffrance ? Je n’en ai pas vraiment trouvé une satisfaisante, ni dans la spiritualité chrétienne, ni dans le bouddhisme.

Mort

La mort est l’événement le plus important de la vie, parce qu’elle est présente à tout instant de la vie. Il n’y a qu’une seule grande certitude : l’homme ne veut pas mourir et il considère qu’il devrait continuer à vivre d’une autre manière après la mort. En fait, malgré des croyances diverses, comme la survie de l’âme, la résurrection des corps, la réincarnation, jamais personne n’est revenu de « l’autre côté » pour nous dire comment cela se passait ! Tout ce qu’il reste à la conscience est une espérance.

Amour

Tout le monde en parle, le désire, veut le vivre pour l’éternité, et pourtant personne n’a réussi à le définir correctement ; c’est sans doute cette incapacité qui ouvre à la connaissance d’un Amour transcendant.

Transcendance

Quand la conscience perçoit au plus profond de son néant une Réalité transcendante, elle réalise que le temps n’est qu’une illusion ; à cet instant précis, la vie et la mort se rejoignent totalement. À mon avis, pour saisir la Transcendance, il faut transcender la violence, individuelle et collective. Il n’existe aucune preuve, ni de l’existence, ni de l’inexistence, de Celui que l’on appelle Dieu ; si c’était le cas, un dieu-idole ne serait plus transcendant à toutes les connaissances humaines. La véritable question est : pourquoi l’univers existe-t-il plutôt qu’il ne soit pas ? Et cela ne change rien au fait que l’univers pourrait être sempiternel.

Homme et femme

La nature incite les hommes et les femmes à avoir des enfants, même si des objectifs amoureux ne sont pas atteints. Nous avons là pourtant deux critères simples pour évaluer le progrès moral de l’humanité : 1- L’enfance est-elle respectée? Les enfants et tous leurs droits sont-ils respectés ? 2- L’homme et la femme collaborent-ils de façon totalement égalitaire à tous les niveaux de la société, et surtout au niveau mondial ?